Photos @Cynthia Charpentreau

Si votre corps était une ville

à quel endroit tu y vivrais ?

 

 

 


Immersion sur le territoire de Clamart / année 1/4 /

 

« Il y a une certaine ressemblance entre une cité et un corps humain. »
Denis d’Halicarnasse

En 2019, pour sa première année de résidence au Théâtre Jean Arp, le collectif Le printemps du machiniste a proposé aux habitant(e)s de Clamart de s’interroger ensemble : comment une ville peut-elle faire corps ?

À travers cette comparaison entre la morphologie et le fonctionnement d’un organisme vivant et de la ville de Clamart, il s’agit de penser et d’exprimer le lien entre l’intime et le commun. Comment fonctionne mon corps ? Quelle est sa singularité ? Quelles sont les différentes parties de mon corps et comment sont-elles reliées ? et dans ma ville ? dans mon quartier, dans ma rue ? Nos corps, s’ils se ressemblent tous, constituent aussi la singularité de chacun.

Le spectacle Péritonite, joué une quinzaine de fois dans toute la ville entre février et juin 2019, a suscité des discussions, des débats et des ateliers autour de cette thématique.

Par la suite, les artistes du collectif Le printemps du machiniste ont proposé aux habitant(e)s de livrer une partie de leur corps à la ville. La photographe Cynthia Charpentreau a collecté ainsi les images d’une intimité offerte à la collectivité.


 

Ce chantier a débouché notamment à l’exposition 'La ville corps commun' qui en dévoile les premières images dans le cadre du projet d’exposition hors les murs, le Centre d’art contemporain Chanot de la ville de Clamart. En juin, à l'occasion de la fête des Petits Pois de Clamart, un livre témoignant de l'ensemble de ce projet sera imprimé et distribuer à tous les participants et 35 toiles seront imprimées afin de proposer une exposition itinérante dans les différents lieux où le projet s'est déroulé.