« Les jeunes des Présomptions s’ennuient, au square, la nuit sur les berges du canal, dans le couloir. De l’ennui émergent des inquiétudes, des insultes, des sentiments aussi. Les personnages loufoques et candides qui peuplent les lisières des Présomptions ont bien compris les rouages de la société dans laquelle ils rechignent à s’insérer. Grâce et disgrâce sont les deux faces de l’intégration sociale, ils le savent : dans un groupe, nous pouvons briller le matin et tomber le soir. Rien n’est stable, et à tout moment l’ordre est sous la menace d’un renversement. Nous sommes des funambules peinant à trouver l’équilibre. Conçue comme une partition musicale où la choralité est un défi majeur, Les Présomptions assemble des notes jubilatoires qui s’empilent pour former tantôt une symphonie, tantôt une cacophonie, questionnant avec légèreté et rudesse notre besoin d’exister

pour l’autre avant de se trouver soi-même. »

 

Guillaume Poix

La Saison 1 des Présomptions s’adresse particulièrement à un jeune public et public adolescent, notamment aux 10 à 13 ans.

Les Présomptions, Saison 1 est donc souvent jouer en collèges. Dans ce cadre, chaque représentation est suivi d'une discussion avec le public. 

 

 

Série théâtrale en marionnettes à gaines chinoises et bunraku.

À partir de 10 ans.

Durée du spectacle : 1h.

Jauge : 40 à 100 / Plateau : 6x6 m.

Le spectacle est totalement autonome et peut se jouer hors les murs. 

 

Mise en scène et scénographie / Louis Sergejev

Un texte de / Guillaume Poix

Interprétation et manipulation / Dorine Dussautoir, Simon Dusart

Musique / Adrien Alix

Viole de Gambe et guitare électrique / Adrien Alix et Clémence Schiltz, en alternance

Construction des marionnettes / Louis Sergejev et Cédric Robert

press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
1/1